| Partager

Parler sans mots

…pour passer le message

Communiquer avec nos enfants et ados va au-delà des paroles. Le ton de la voix et le langage corporel sont tout aussi – sinon plus – importants. Certains experts estiment que, dans toute conversation, la communication non-verbale livre au moins la moitié du message; d’autres élèvent ce taux à 93 %.

D’une façon ou d’une autre, nous devrions nous préoccuper moins de ce que nous disons, que de la manière dont nous le disons.

Imaginez la différence dans les conversations que nous avons avec nos enfants si nous….

  1. Sourions et les saluons lorsqu’ils entrent dans la maison ou même dans la pièce.
  2. Nous changeons d’expression lorsque nous les voyons. (Montrez- leur qu’ils sont bienvenus : Illuminez-vous!)
  3. Arrêtons ce que nous sommes en train de faire – technologie arrêtée – et prenons du temps pour eux, quotidiennement.
  4. Écoutons plus que nous parlons.
  5. Portons attention et avons un contact visuel avec eux lorsqu’ils parlent.
  6. Nous nous assurons que nos paroles, nos gestes et notre ton de voix disent la même chose.
  7. Gardons une position ouverte lorsque nous communiquons : les épaules en arrière, les bras décontractés et une position relaxe plutôt que tendue
  8. 8. Sourions souvent. Ceci apporte une note positive et gaie à notre relation.

« Les mots ne peuvent exprimer…. »

De nombreux livres ont été écrits sur le langage corporel et sur d’autres formes de communication non-verbale. Des messages sont véhiculés par la direction du regard d’une personne lorsqu’elle parle, par le positionnement d'une poignée de main, et même par la façon dont nous touchons notre nez.

Pour les besoins de notre propos, concentrons-nous sur deux des buts principaux lorsque nous communiquons avec nos enfants : leur faire voir que nous écoutons pour comprendre, et resserrer notre relation.

Écouter pour comprendre : être attentif

Utilisez pleinement le langage corporel positif pour signifier à votre enfant que vous le suivez, mot à mot.

  • Hochez la tête affirmativement afin de démontrer votre accord et de l’encourager à parler
  • Assoyez-vous ou penchez-vous vers l’enfant pour montrer votre intérêt et votre engagement
  • Gardez les yeux fixés sur l’enfant; ne laissez pas votre regard errer, démontrant que votre attention est ailleurs
  • Gardez aussi votre corps concentré. Vous gratter le cou, par exemple, donnerait l’impression que vous doutez ou ne croyez pas votre interlocuteur
  • Évitez de croiser les bras, ce qui enverrait comme message que vous n’êtes pas ouvert ou que vous êtes résistant à ce qu’on vous dit
  • Gardez la main ouverte lorsque vous faites un geste; rappelez-vous que pointer du doigt est confrontant et l’agitation des doigts laisse sous-entendre un avertissement autoritaire.

En plus de faire attention à votre propre langage corporel, observez les signaux que vous envoie votre enfant. La posture révèle les émotions plus que les paroles.

  • Se croise-t-il les bras lorsqu’il parle? Les bras croisés sont une barrière physique. Ce geste démontre habituellement, soit de l’animosité envers une figure d’autorité, soit de la lassitude.
  • Si vous êtes assis ensemble, ses genoux pointent-ils dans votre direction ou en direction de la télé? Une personne assise tend à pointer les genoux vers le point d’intérêt.
  • Si vous êtes debout, ses mains sont-elles dans ses poches? Ce pourrait être un autre signe de désintérêt ou de lassitude.
  • Durant une discussion, votre enfant imite-t-il votre posture ou vos expressions faciales? Sa figure et son corps disent qu’il est d’accord et qu’il vous aime, alors que ses paroles et le ton de sa voix peuvent exprimer le contraire.
  • Dans le cas d’un ado ou d’un jeune adulte, ses pieds sont-ils en mouvement? Balance-t-il un pied devant l’autre? Frappe-t-il du pied la patte de table? Rigole-t-il? Lorsque nous sommes stressés, anxieux ou nerveux, nous nous concentrons sur nos expressions faciales, sur les gestes du haut de notre corps, de nos mains/bras, mais nous oublions nos pieds. Pour jauger l’état émotionnel de quelqu’un, regardez ses pieds.
  • Soyez attentif à la prise du haut du bras par la main opposée lorsque les bras sont pliés. Cette auto-étreinte reflète habituellement un besoin de se départir d’un sentiment de tristesse.
  • Votre fils ou fille croise-t-il un bras devant son corps pour ajuster un bracelet, une manche, un collier, etc. durant une conversation? Ceci constitue généralement un geste de protection révélant sa nervosité.

Remarquer les messages non-verbaux de votre enfant peut aider à déterminer les meilleurs ou les pires moments pour entamer une conversation.

Resserrer notre relation : le « miroir »

Lorsqu'il s'agit de langage corporel, le miroir est éloquent. Les gens qui sont ouverts à ce qu'une autre personne dit, se « synchronisent » physiquement à cette personne. Cette forme d’affirmation réciproque renforce le sentiment de confiance.

Le « miroir », comme tout langage corporel, est habituellement subconscient plutôt que délibéré. Mais nous pouvons l'utiliser pour envoyer à nos enfants le message que, quel que soit le sujet de la conversation, nous sommes empathiques.

Le « miroir » vocal

Les personnes en relation ont un ton de voix similaire. Montrez que vous êtes prêt à partager la perspective de votre enfant en faisant correspondre la vitesse et le ton de votre voix aux siens.

Adopter un ton et un débit vocal similaire ne veut pas dire imiter notre enfant. Il s’agit seulement d’altérer le modèle de notre discours afin de mieux l’adapter à son humeur. Par exemple, si votre ado projette un ton joyeux et optimiste lorsqu’un moment d’apprentissage se présente, employez, vous aussi, un ton joyeux et optimiste. Une approche sombre et sérieuse peut détruire l’atmosphère qui avait amené l’enfant à s’ouvrir à une discussion à propos de l’alcool.

Le « miroir » postural

Les personnes en relation adoptent les mêmes postures corporelles. Essayez d’établir un ton positif en faisant correspondre votre posture à celle de votre enfant. Par exemple, si votre enfant est assis penché vers l'avant avec les coudes sur ses genoux, regardant quelque chose de controversé à la télévision, assoyez-vous à ses côtés et penchez-vous aussi vers l’avant. Contribuez à faire de ce moment, un moment d’enseignement parfait.

Une fois que vous sentez que vous êtes en lien avec votre enfant, faites-en la vérification en initiant une nouvelle posture. Par exemple, si vous êtes tous deux assis avec les jambes croisées, décroisez vos jambes et regardez si votre enfant fait de même. Si oui, le climat est propice et vous pouvez exprimer vos pensées.

À quand remonte la dernière fois où vous et votre enfant vous êtes trouvés à l'aise dans une conversation significative ?

  • Étiez-vous en harmonie au niveau du débit, du ton et peut-être même de la respiration?
  • Vos postures étaient-elles en miroir?

« Soyez le miroir » de votre enfant si vous désirez une relation plus solide.

Demandez à un expert

Discutons en famille est votre site web de référence pour du soutien et de l’information sur votre rôle de parent

Vous trouverez ici, de l’information sur les approches relationnelles qui fonctionnent à travers les différentes étapes de l’éducation d’un enfant et le soutien d’une communauté d’entraide. Discutons en famille contient de tout : des conférences en ligne, des blogues engagés, des vidéos comment faire, les derniers résultats de recherches, ainsi que notre Guide parental téléchargeable.

Partager

S'enregistrer à la liste d'envoi de courriel