| Partager

Entraîneur (18-21 ans)

Notre but principal, comme parent, pour cette étape: Favoriser les décisions éclairées de nos enfants en les aidant à réfléchir à des scénarios qui impliquent l'alcool.

Que se passe-t-il ?

À cette étape, les adolescents ont pu établir qui ils sont et ce qu'ils pensent. Ils ont également déterminé si la consommation chez les mineurs est bonne ou mauvaise, en se basant sur les fondements que vous avez établis et en addition à d'autres influences présentes dans leur vie. L’important, à ce stade, est de rester en contact et d’être un écouteur actif — même quand il semble que nos adolescents et jeunes adultes ne sont pas vraiment intéressés à parler

De quoi les jeunes adultes ont-ils besoin ?

Les jeunes adultes continuent de compter sur vous en tant que parents. Mais, contrairement à l’époque où ils étaient plus jeunes, ils ont complètement évolué vers la pensée indépendante, ce qui signifie que vous ne pouvez plus compter simplement sur les règles et les lois. Votre influence dépendra donc de la force de votre relation. Êtes-vous vraiment à l’écoute de leurs idées et de leurs préoccupations ? Lorsque vous parlez d'alcool, devez-vous poser des questions de type oui-ou-non ou plutôt, le genre de questions ouvertes qui les incitent à la réflexion et développent chez eux le sens de la responsabilité de leurs actes?

C'est un des moments les plus critiques de la vie de vos enfants. Même s'ils ont l’âge légal pour boire, ils ne sont toujours pas pleinement aptes à faire des choix éclairés sur l'alcool. Beaucoup de jeunes adultes sortent le jour de l’anniversaire où ils atteignent l’âge légal de boire et prennent de mauvaises décisions simplement par manque d’expérience. Aussi attribuable au manque d’expérience, il arrive qu’ils ne connaissent pas leurs limites.

Une grande partie de la démarche d’entraîneur est d’aider nos enfants à faire une transition saine et sécuritaire comme adultes pour que, s'ils choisissent de boire en atteignant l'âge légal, ils le fassent de façon responsable. Cela consiste à poser de bonnes questions ouvertes pouvant les aider à envisager ce qui pourrait se produire lors de situations liées à l'alcool.

Entamer la conversation

  • Entamez une conversation lorsque vous travaillez sur des projets, que vous prenez un café, que faites du sport, que préparez à dîner ou que voyagez ensemble.
  • Tout d'abord, établissez le contact avec eux. Par exemple, questionnez-les sur leur travail ou sur l'université ou demandez leur opinion sur des événements actuels, des films, de la musique, des livres, etc.
  • Restez calme, si on vous communique des informations qui vous rendent mal à l'aise. Une bonne relation n’est maintenue qu’en l’absence de critique ou de jugement.
  • Demandez la permission d’exprimer votre opinion. Avec leur consentement, exposez vos inquiétudes, vos sentiments, vos opinions et les raisons de vos inquiétudes. Évitez le harcèlement : laissez la prise de décision à votre jeune adulte et faites la promesse de ne plus aborder le sujet. S’il ne vous est pas permis de donner votre opinion, tenez votre langue. Rappelez-vous, demander la permission est une belle marque de respect.

Stratégies pratiques

Écoutez avec un esprit ouvert

L'un des plus grands obstacles à la communication avec nos jeunes adultes est notre croyance que leurs problèmes — avec les amis, l'école, la pression des pairs, les intérêts amoureux, etc. — sont négligeables. À nous, ils peuvent sembler banals, mais pour les jeunes adultes, ces problèmes peuvent être ressentis comme insurmontables. Si nous ne tenons pas compte de l'importance des pressions auxquelles ils font face — surtout lorsqu'il s'agit d'alcool — nous leur donnons l’excuse parfaite pour nous exclure.

Afin de maintenir les lignes de communication ouvertes, nous devons développer nos habiletés d’écoute. Si nos ados et jeunes adultes voient que nous écoutons sans aucune intention, ils se sentiront respectés. En retour, ils seront plus portés à nous respecter.

Devenez curieux; posez de meilleures questions

Maintenant, il est temps de commencer à poser des questions ouvertes qui aident nos jeunes adultes à imaginer des scénarios potentiels impliquant l'alcool ainsi que leurs conséquences possibles. Plus nous serons curieux à propos de leur vie, plus pertinentes et efficaces seront nos questions.

Exemples :

  • « Que ferais-tu si ton meilleur ami te demandait de boire? »
  • « Que penses-tu qu’il arriverait si le chauffeur qui doit te raccompagner après le party se mettait à boire? Quel serait ton plan de rechange?  »
  • « Puis-je te demander ton opinion ? Quelles sont certaines des raisons pour lesquelles les jeunes boivent? »
  • « Quels sont tes projets après l'obtention de ton diplôme? »
  • « Comment penses-tu qu’ils puissent être  affectés par des erreurs commises avec l'alcool? »

Évitez les barrières à la communication

En même temps que nous bâtissons nos compétences de conversation constructive, nous devons travailler à l'élimination des barrières qui risquent de détruire cette conversation.

Exemples :

  • Accusations – « Je sais que tu bois. »
  • Interruptions – « Je ne veux pas entendre tes excuses. »
  • Débuter avec une intention ou décider de ce qui sera discuté avant que nos enfants aient une chance de parler - « Je veux aller au fond de ta désobéissance/ton mensonge/etc. »

Si vous voulez vraiment donner votre opinion, demandez-leur d’abord s’ils veulent l’entendre. S’ils disent « non », laissez tomber. En conversation, tout le succès réside dans la synchronisation et elle peut ne pas être propice à ce moment-là. S’ils disent « oui », donnez votre avis en exprimant vos doutes et vos besoins et encouragez la poursuite de la discussion.

Maintenez votre influence et vos valeurs

Si vous avez déjà tenté de pousser votre partenaire à perdre du poids, à faire de l’exercice ou à arrêter de fumer, vous savez sans doute qu’il est difficile de faire adopter vos valeurs à quelqu’un d’autre. Une personne ne changera que lorsque et si elle le veut, mais elle peut être influencée positivement. Généralement, les jeunes adultes ne divulguent pas toutes leurs valeurs et vous pouvez trouver certaines d’entre elles difficiles à accepter. Cependant, votre relation subira un préjudice si vous vous attaquez à leurs valeurs.

Voici quelques façons d'influencer votre jeune adulte :

Le modèle

  • Vivez vos valeurs. Donnez l’exemple.

Séance de consultation

  • Demandez une séance de consultation unique afin de partager vos préoccupations. Mais c'est au jeune adulte de décider s'il veut changer.

Déclaration du Je

  • Une déclaration du Je minutieusement préparée peut être efficace : "Je suis terrifié lorsque tu conduis après avoir bu, parce que l’alcool ralentit tes réactions et a un impact sur ta prise de décision. Tu pourrais tuer quelqu’un ou être tué."

Résolution de problème

  • Demandez la permission d’apporter votre aide à la résolution du problème

Les parents peuvent se sentir frustrés et impuissants. Rappelons-nous que nous avons encore une influence sur les décisions de nos enfants à propos de l'alcool et continuons d’appliquer les principes de l'approche de l’entraîneur.

Demandez à un expert

Discutons en famille est votre site web de référence pour du soutien et de l’information sur votre rôle de parent

Vous trouverez ici, de l’information sur les approches relationnelles qui fonctionnent à travers les différentes étapes de l’éducation d’un enfant et le soutien d’une communauté d’entraide. Discutons en famille contient de tout : des conférences en ligne, des blogues engagés, des vidéos comment faire, les derniers résultats de recherches, ainsi que notre Guide parental téléchargeable.

Partager

S'enregistrer à la liste d'envoi de courriel