| Partager

Animateur (12-17 ans)

Notre but principal, comme parent, pour cette étape: Les aider à donner un sens à un monde compliqué et à incorporer les valeurs familiales dans leurs décisions sur l’alcool.

Que se passe-t-il ?

À la puberté, le cerveau de notre enfant se développe rapidement. Ils passent de la pensée concrète à abstraite. Avec l’épanouissement de leur pensée critique, ils commencent à questionner les règles et à tester les limites. Ils peuvent remarquer et se plaindre des incohérences. Par exemple : « Pourquoi le père de Mathieu le laisse goûter à la bière, mais que tu ne me donnes pas le droit? » Le monde leur présente de nombreuses informations complexes et contradictoires et ils font de grands efforts pour trouver un sens à tout cela.

À ce stade, les enfants sont sujets à des influences extérieures. Les amis et les voisins prennent plus d’importance dans leurs vies. Cela peut être inquiétant pour les parents. Il est naturel de sentir que nous perdons le contrôle sur la vie de nos enfants. Cependant, nous pouvons maintenir et bâtir notre influence si nous avons une relation respectueuse.

De quoi nos enfants ont-ils besoin ?

Notre travail consiste maintenant à les aider à analyser et à interpréter le monde autour d’eux. Nous devrions donc passer des règles concrètes au rôle d’animateur, aidant ainsi nos enfants à comprendre les expériences nouvelles et les amitiés et ce, dans le contexte de nos croyances et de nos valeurs personnelles.

Les enfants sont friands d’informations et d’opinions, mais ils ne veulent pas qu’on leur dise quoi faire. Nous devons remettre entre leurs mains la prise de décision adaptée à leur âge et permettre que s’ensuivent des conséquences sécuritaires et naturelles.

Nous devons aussi aider nos enfants à gérer la pression négative de leurs pairs et à acquérir les habiletés d’affirmation de soi et de résolution de problèmes qui leur permettront de composer avec la vie et les défis qu’elle présente.

Débuter la conversation

  • Les enfants de cet âge aiment parler pendant qu’ils font une activité. Tentez d’entamer les conversations à propos de l’alcool lorsque vous êtes tous les deux en voiture, pendant une randonnée ou en préparant le repas ensemble.
  • Connectez. Questionnez-les sur les intérêts et les événements de leur vie – musique, films, livres, vêtements et jeux vidéo. Vous découvrez votre ado et comprendrez mieux ce qui se passe dans sa vie. Soyez prêts à modifier votre intention.
  • Demandez leur avis et faites-leur savoir que toutes les opinions sont valables.
  • Ne craignez pas de partager vos expériences.
  • Restez calme même si vous n’êtes pas confortable. Les réactions excessives nuisent aux relations et détruisent la confiance.
  • Lorsque les réponses se changent en « Ouais » ou « Nan » ou « Sais pas », acceptez que la conversation puisse être terminée.

Stratégies pratiques

Passer à des déclarations de valeur

Aidons nos enfants à comprendre les règles dans le cadre de nos croyances et de nos attentes personnelles.

Exemples:

  • « Je sais que des parents laissent leurs enfants boire de l’alcool, mais, dans notre famille, nous ne buvons pas avant d’avoir atteint l’âge légal pour le faire. »
  • « Dans certains pays, les règles à propos de l’alcool sont différentes. Mais dans notre pays, boire avant d’être adulte est illégal. Je crois qu’il est important de respecter la loi. »

Poser des questions et avoir des conversations qui respectent leur degré de maturité.

Exemples:

  • « As-tu des questions à propos de l’alcool ? »
  • « D’accord, je vais te dire tout ce que je connais de l’alcool et de ce qu’il fait à ton corps. »
  • « Si jamais tu as des questions à propos de l’alcool et de sa consommation, voici des personnes auxquelles tu pourrais t’adresser... [Liste des mentors].  »

Les laisser prendre confiance dans la puissance du « non » et  développer leurs habiletés d'affirmation de soi.

Les habiletés importantes prennent du temps à se développer. Nos enfants auront à apprendre à résister à une des plus puissantes forces du monde : la pression des pairs. Concrètement, nous voulons qu'ils aient la force de dire : « Non merci, je ne veux pas boire. »

Mais le fait est que, la plupart des adolescents n'ont pas beaucoup de pratique d’affirmation de leur volonté dans les situations de stress élevé. Bien sûr, nos enfants sont constamment en désaccord avec nous sur les petites choses comme l'heure du coucher, la nourriture, les corvées, etc. Mais, la plupart de temps, qui gagne ? Les parents. Cela signifie que, de manière subtile, mais répétée, nous disons à nos enfants que leur « non » ne veut pas dire grand-chose.

Quand nos enfants grandissent, il est bon de chercher des opportunités de les laisser être en désaccord avec nous... et de gagner. Bien sûr, nous ne devons pas renforcer les mauvaises décisions. Mais lorsqu’il s'agit de situations à faible risque comme la musique, la mode ou le refus de vous accompagner au supermarché (par exemple), il est payant de respecter leurs choix personnels. C'est un moyen facile de les aider à réaliser que, lorsqu'ils prennent position sur quelque chose qui est important pour eux, les gens doivent les prendre au sérieux.

Adultes comme enfants, nous avons besoin de nous valoriser et de nous respecter nous-mêmes autant que nous respectons les autres. Un environnement familial idéal doit permettre de s’affirmer soi-même. Les enfants ont besoin de savoir qu'ils peuvent prendre des décisions sans mettre en péril l'amour et l’approbation que les autres leur portent.

Voici quelques façons d’enseigner à votre enfant la manière appropriée de s’affirmer:

  • Lorsque votre enfant vous dit « non », respectez sa réponse (dans la mesure du possible)
  • Lorsque votre enfant dit « non » à ses frères et sœurs, enseignez-leur à le respecter.
  • Lorsque votre enfant dit « non, merci » poliment à un adulte, soutenez-le.
  • Lorsque vous dites « non » aux autres, exigez qu’ils vous respectent aussi.

Aider votre ado à dire « non » à la pression des pairs

La pression des pairs est un problème à long terme qui peut être positif ou négatif. S’affirmer malgré la pression négative des pairs est un apprentissage qui aidera votre enfant dans de nombreuses situations.

Comment pouvez-vous aider :

Proposez des jeux de rôle illustrant différentes manières de dire « non ».

  • Proposez des jeux de rôle illustrant différentes manières de dire « non ».
    • « Et si telle ou telle chose arrive? »
  • Donnez-lui un nom.
    • « C’est voler!  Il n’en est pas question. »
  • Trouvez-vous un allié ou proposez une alternative.
    • « Non, Jason et moi allons à la partie de hockey. »

  • Offrez une excuse.
    • « Je dois aller rencontrer quelqu’un. »

  • Utilisez différents mots pour non.
    • « Je ne peux pas. »
    • « Ça ne me dit rien aujourd’hui. »

Lorsque vos enfants résistent à la pression de leurs pairs, ils courent le risque d'être ostracisés par ces pairs. Dans ces moments-là, le soutien d'un parent est nécessaire.

  • Reconnaissez les sentiments, écoutez et soyez disponible pour apporter votre soutien.
  • Passez plus de temps avec votre adolescent pour l’aider à construire sa confiance et son estime de soi.

Régler les problèmes, ne pas punir

Alors que nos enfants commencent à remettre en question notre autorité, il est tentant d’user de répression avec des règles plus strictes et des peines plus sévères. Mais cela peut éloigner nos enfants au pire moment — c’est-à-dire au moment où ils se tournent vers leurs pairs pour obtenir information et soutien. Quand nos enfants ont des problèmes, notre priorité doit être de les aider à trouver des solutions possibles afin de répondre à la fois à leurs besoins et à ceux de leurs parents.

Que se passe-t-il si vous apprenez que votre adolescent mineur a consommé de l'alcool ?


Restez calme

  • Si nécessaire, prenez un temps d’arrêt ou passez votre colère en parlant avec un collègue de travail. Une fois calmé, il est possible d’avoir une discussion logique – versus une discussion émotionnelle.

Calmez votre enfant

  • Ne tentez pas de discuter de la question avec un ado intoxiqué.
  • Attendez que votre enfant puisse penser logiquement

Réglez le problème

  • Négociez une heure et un lieu pour parler avec votre enfant : peut-être une promenade (ce qui permet d'éviter tout contact) vers un café.

Utilisez la méthode de résolution de problème en six étapes :

  1. Quel est le problème?
  2. Quels sont les besoins sous-jacents de l'enfant (et du parent)?
  3. Explorez plusieurs solutions.
  4. Évaluez chacune des solutions afin de déterminer laquelle fonctionne.
  5. Choisissez une solution et écrivez-la.
  6. Vérifiez dans une semaine ou un mois et voyez comment elle fonctionne.




Demandez à un expert

Discutons en famille est votre site web de référence pour du soutien et de l’information sur votre rôle de parent

Vous trouverez ici, de l’information sur les approches relationnelles qui fonctionnent à travers les différentes étapes de l’éducation d’un enfant et le soutien d’une communauté d’entraide. Discutons en famille contient de tout : des conférences en ligne, des blogues engagés, des vidéos comment faire, les derniers résultats de recherches, ainsi que notre Guide parental téléchargeable.

Partager

S'enregistrer à la liste d'envoi de courriel